Depuis quelque temps, le tourisme a pris une dimension nouvelle. En effet, le type de voyage backpack, ou packsac si vous préférez, est la nouvelle tendance de la génération Y (aussi connue sous le nom de Millennials), qui nous propose de voyager autrement.
Article par Laurie-Han Hébert
Ce qui rend cette forme d’escapade aussi intéressante, c’est l’idée de débrouillardise et de spontanéité avec laquelle on l’associe. Plus question de louer une chambre dans un resort hors de prix, de se déplacer en bus de touriste, ou de faire les mêmes activités que les autres résidents de l’hôtel. On vise plutôt l’originalité, la sortie de sa zone de confort et l’authenticité. Ce que nous entendons par là c’est un voyage où nous sommes en lien étroit avec la culture du pays, même si cela équivaut à faire quelques compromis. En effet, ces nouveaux types de voyageurs ont compris que ce n’est pas en vivant un séjour luxueux qu’ils allaient en apprendre davantage sur les habitants ni sur leur environnement. Le fait est que la plupart du temps, lorsque nous voyageons, nous sommes dans des zones touristiques de la ville. Celles où se trouvent les grands immeubles et la richesse abondante qui surplombe le reste de la ville. La façon simpliste et popularisée de voyager remédie à ce manque d’authenticité.
Les voyageurs en sacs à dos marchent beaucoup et mangent peu. Il faut bien respecter son budget afin de prolonger son séjour du mieux que l’on peut! Certes, ceux-ci ne mangent pas dans les restaurants 4 étoiles des hôtels touristiques, mais ils ont la chance de goûter le vrai du pays. Ils louent préalablement des chambres (parfois seulement des lits) dans des auberges de jeunesse, des logements Airbnb, ou font du couchsurfing, qui consiste à dormir chez des volontaires qui sont prêts à recueillir des voyageurs chez eux, et cela gratuitement.
Lorsque le billet d’avion est payé (supposons que la destination est lointaine), il ne reste qu’à faire de l’auto-stop, se déplacer en train, en métro ou en bus, afin de changer de quartier et faire un tour de l’emplacement. Le taxi est cependant à éviter puisque ce n’est pas la meilleure solution pour le porte-feuille. Souvent, les voyageurs font des rencontres dans les endroits ou ils sont hébergés. Cela leur permet de se déplacer en groupe en réduisant parfois l’émission de CO2 et leurs dépenses, en fonction du moyen de transport utilisé.
Nous avons mentionné précédemment l’idée de sortir de sa zone de confort pour vivre un voyage plus authentique. Mais le confort ne consiste pas seulement à notre lit. Celui-ci est aussi notre mode de vie. Les adeptes du voyage backpack apportent peu, puisque tout doit entrer dans leur sac à dos, qui contient déjà le passeport, une bouteille d’eau, une serviette de douche (ce n’est pas tous les hébergements qui en offrent), une petite pharmacie et une trousse de premiers soins. Il reste donc peu de place pour les vêtements, sous-vêtements, le maillot, etc. Il s’agit alors de se contenter de ce que l’on a et de l’apprécier à sa juste valeur. Cela peut aussi changer notre perception du confort une fois revenu chez soi! Aussi, le fait de ne pas vivre dans un environnement extrêmement luxueux améliore la probabilité de s’adonner à des activités que les habitants font eux aussi. C’est non seulement une bonne chose pour l’originalité de celles-ci, mais aussi pour notre proximité avec les gens de ce pays.
Image libre de droit Pixabay.
Shades of Green Voyage
Nous pouvons donc en conclure que cette façon de voyager renouvelle notre vision du tourisme, en nous faisant comprendre qu’il est important de se donner la chance d’être en harmonie avec le peuple réel et son environnement, plutôt que de visiter le tout en surface.

2 thoughts on “Le tourisme réinventé”

    1. Thanks to you! Unfortunately, our articles are more up to date in french, but we are working on the translation! New articles are online in french. Thank you for the beautiful comment!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *